AAIQ   L'Association des Allergologues et Immunologues du Québec

L'allergie aux insectes à venin

Il faut distinguer les insectes à venin qui piquent et injectent un venin, des mouches qui mordent et qui peuvent causer à l’occasion des problèmes à cause de leur salive. Les gens qui ont des réactions locales importantes suite aux morsures de mouches n’ont pas nécessairement plus de risque d’être allergique aux insectes à venin. Le risque de souffrir d’une allergie aux insectes à venin est d’environ 1%.

Les différents insectes à venin

Au Québec, les insectes à venins les plus fréquents font partie de l’ordre des hyménoptères :

* Guêpes :     Guêpe de l’Est, Guêpe jaune, Guêpe à taches blanches; Guêpe cartonnière
* Abeilles
* Bourdons

Les abeilles piquent rarement à moins de provocation. Elles piqueront pour défendre leur nid ou leur reine. Lorsqu’elles piquent, elles perdent leur dard et meurent. Les piqûres d’abeille surviennent surtout chez les apiculteurs ou chez les gens qui se promènent à l’extérieur sans soulier ou qui travaillent dans les plantes à fleurs. Les bourdons piquent aussi très rarement à moins de provocation.

Les guêpes sont en général beaucoup plus agressives et piquent parfois sans motif. Elles sont souvent plus agressives à l'automne lorsque la population de guêpe est plus importante et que la nourriture se fait plus rare. Elles recherchent la nourriture, elles se tiennent donc près des poubelles et des picnics!

Les différentes réactions

Il existe différents types de réaction aux piqûres d’insecte à venin :

Réaction locale : la plupart des gens développeront un léger gonflement, rougeur et douleur au site d’une piqûre. L’application de glace suffit pour soulager.

Réaction locale marquée : enflure et rougeur importante au site de la piqûre pouvant se développer progressivement dans les 12-24 heures suivant la piqûre. La réaction peut parfois impliquer un membre au complet. Les manifestations disparaissent en 5-10 jours.

Ce type de réaction peut la plupart du temps être soulagé par des anti-histaminiques et parfois nécessite un corticostéroide.

Ce type de réaction n’est en général pas dangereux à moins que la piqûre survienne au niveau des voies respiratoires (bouche, gorge…).

Le risque de développer une réaction anaphylactique lors d’une piqûre d’insecte à venin est de 5-10%.

Réaction systémique : implique un système ou plusieurs systèmes du corps. Il y aura donc des manifestations observées à des sites distants de la piqûre. Ce type de réaction peut aller de l’urticaire généralisée seulement jusqu’à une réaction anaphylactique.

Le risque de réaction systémique lors d’une piqûre future chez les adultes ayant eu une réaction cutanée seulement est autour de 20 %.

Le risque de réaction systémique lors d’une piqûre subséquente chez les enfants (16 ans et moins) ayant eu une réaction cutanée seulement est autour de 10%. Ils ont moins de 1% de risque de réaction plus sévère.

Le risque de réaction systémique lors d’une piqûre future chez les adultes ayant eu une réaction anaphylactique est de 40% à 70% et de 30-40% chez les enfants dans les mêmes circonstances.

Les réactions anaphylactiques doivent être traitées comme tous les autres types de réactions anaphylactiques, c’est-à-dire avec de l’épinéphrine, puis ensuite le 9-1-1 (voir aussi: L'anaphylaxie).

Réaction toxique : ressemble souvent à une réaction systémique, suite à un grand nombre de piqûres simultanées plutôt qu’à une réaction allergique.

Traitement des réactions systémiques

Les patients ayant eu une réaction systémique devraient être référés à un allergologue. Il existe un traitement d’immunothérapie pour les patients ayant des allergies aux insectes à venin. Ce type de traitement a une efficacité de 95 à 100% pour prévenir les réactions systémiques lors de piqûres subséquentes. Le traitement s’échelonne la plupart du temps sur 3 à 5 ans. L’immunothérapie est indiquée chez tout adulte ayant eu une réaction systémique ou chez les enfants de 16 ans ou moins ayant eu une réaction anaphylactique. Les tests cutanés sont en général effectués lorsqu’il y a une indication pour l’immunothérapie.

Les patients allergiques aux insectes à venin devraient avoir en tout temps durant la saison à risque leur auto-injecteur d’adrénaline et porter un bracelet médical faisant état de leur allergie.

Quelques conseils pour éviter les piqûres

* Porter des chaussures en tout temps à l’extérieur
* Porter un chapeau avec moustiquaire surtout dans les endroits propices aux piqûres.
* Porter des vêtements longs
* Enfiler des gants pour les travaux de jardinage
* Conserver la nourriture dans des plats fermés lors des repas à l’extérieur, avoir des poubelles fermées. Boire dans un contenant qui se ferme après chaque utilisation. Vérifier la nourriture avant de prendre une bouchée.
* Faire détruire tous les nids rapidement.
* Le chasse-moustique ne prévient pas contre les piqûres d’insecte à venin.
* Éviter les vêtements à couleur vive et les parfums, qui attirent ces insectes.

En ce qui a trait aux réactions aux mouches

Il y a des cas de réactions anaphylactiques aux mouches noires, à chevreuil et à cheval, mais ils sont rares. Il n’y a pas d’étude encore qui a clairement évaluée l’efficacité de traitement d’immunothérapie pour ce type d’allergie. Les cas de réactions anaphylactiques aux moustiques sont très rares.

Pour les patients sévèrement allergiques, il faut éviter scrupuleusement ces insectes, et toujours avoir son autoinjecteur d’adrénaline dans les saisons où ils sont présents.

__________________________

Simon Hotte, MD FRCPC