AAIQ   L'Association des Allergologues et Immunologues du Québec

Allergie aux vaccines

Comme tout médicament ou produit biologique, les vaccins peuvent causer des allergies.

Réactions immédiates

Les réactions allergiques de type immédiates ou anaphylactiques aux vaccins sont très rares. Ces réactions vont commencer dans les minutes suivant la vaccination et se caractérisent par les mêmes symptômes que les réactions immédiates dues aux autres allergènes; manifestations cutanées (urticaire, enflures, démangeaisons), manifestations respiratoires (toux, difficulté à respirer, respiration sifflante) et baisse de pression (faiblesse, perte de connaissance). Si une réaction immédiate importante est suspectée, elle doit être traitée rapidement avec de l'épinéphrine. Il est important par la suite que la personne ayant subi la réaction allergique soit recommandée à un allergologue. La plupart du temps, des tests d'allergie pourront confirmer l'allergie au vaccin et des conseils en matière de vaccination seront utiles pour les vaccins subséquents. En effet, la plupart des patients ayant une allergie à un vaccin pourront recevoir d'autres vaccins.

Réactions tardives

Quand des symptômes pouvant être dus à une allergie (par exemple urticaire/rougeurs/démangeaisons) surviennent plusieurs heures ou jours après avoir reçu le vaccin, il est très peu probable qu'une allergie au vaccin en soit la cause.

Réactions locales

Parfois, les vaccins vont causer des réactions locales importantes, pouvant commencer dans les heures suivant la vaccination ou le lendemain. Le membre où le vaccin a été reçu (habituellement le bras) peut devenir enflé, rouge et douloureux. La réaction peut durer plusieurs jours. Quoique ces réactions soient impressionnantes, elles ne sont pas une manifestation d'allergie immédiate. Il n'y a pas de risque de réaction allergique immédiate avec les prochains vaccins. Une consultation avec un allergologue n'est pas nécessaire. Les vaccins contenant un rappel de DT (Diphtérie/Tétanos) sont plus susceptibles de donner ce type de réaction.

Allergie aux œufs

Certains vaccins utilisent des embryons d’œufs dans le processus de fabrication. Ainsi, ces vaccins sont administrés avec certaines précautions chez les individus allergiques aux œufs. Le vaccin contre la grippe saisonnière contient une minime quantité de protéine d’œufs. La majorité des individus allergiques aux œufs peuvent recevoir ce vaccin sans avoir de réaction allergique. Selon la gravité de l’allergie aux œufs, le vaccin sera administré en une ou plusieurs doses avec une observation prolongée. Alors qu’auparavant le vaccin était le plus souvent administré par les allergologues ou en milieu hospitalier, l’accumulation d’évidence sur le faible risque de l’administrer chez les patients allergiques aux œufs a fait que depuis 2011 cette précaution n’est plus obligatoire. Voir aussi le résumé de la plus récente publication des allergologues des centres universitaires du Québec sur ce sujet.

Le vaccin contre la fièvre jaune, requis lorsque l'on voyage dans certains pays, contient aussi des protéines d'œufs. Le risque de réaction allergique est plus important qu'avec le vaccin de la grippe. Une consultation en allergologie est nécessaire pour évaluer le risque et procéder à la vaccination si possible.

Le vaccin RRO (contre rougeole, rubéole, oreillons) ne contient pas une quantité significative de protéine d'œufs. Il a été démontré depuis longtemps qu'il peut être donné, sans précaution particulière, aux individus allergiques aux œufs. Une consultation en allergie n'est pas nécessaire et le vaccin peut être donné dans les milieux de vaccination habituels.

Des Serres G, Primeau MN. Les allergies aux vaccins, savoir en prendre et en laisser. Le Médecin du Québec 2004; 39 (10): 47-52.

__________________________

Marie-Noel Primeau, MD

NB : Cet article ne parle (traite) pas des traitements de désensibilisation ou immunothérapie, prescrits pour le traitement de l'allergie aux acariens, aux pollens ou aux guêpes, qui sont parfois aussi appelés « vaccins ». Ce sujet est traité dans la section Respiratoire (Immunothérapie).